Concept
L'équipe
Emissions
Histoire
Contes
Interviews
Disques
Livre d'or
Contacts

Un poisson rouge au pays des SS


Gwendal- Lundi 28 octobre 22h00: mon téléphone sonne. A l'autre bout du fil, j'entends Arnaud alias "Poisson Rouge", ancien technicien de la feu emission Didredan, les sanglots à la voix: "c'est horrible ce qui m'arrive!", s'en suit un énoncé choquant de la situation de St Herblain qui interpelle ma fibre militante bretonne. De cette conversation ressort une conclusion désemparante: les rues ne sont plus sûres! Rescapé de cette tragédie, Arnaud, dont nous taierons le prénom pour des raisons évidentes de confidentialité et afin de préserver sa sécurité physique témoigne ce soir sur l'antenne d'AlterNantes FM.

Arnaud- Sorti vaquer à mes occupations nocturnes vers 22h30, je m'aperçu rapidement qu'un tractage avait été déposé sur les voitures du quartier. Allant de ce pas découvrir le contenu dudit tract en papier format A4 en partie détrempée par l'humidité de la nuit tombée, je m'aperçu avec effroi qu'Adsav était passé par là. Décidé à en découdre, je me mis à remonter ma rue, quand tout à coup, semblant surgir d'un autre monde, 3 gros lards encagoulés m'aparurent en train de souiller les pare-brise de mes chers voisins de leurs tracts nauséabonds. Pris d'indignation et de dégoût, je déguerpis bien vite chez moi, pour tenir informé un célèbre journaliste d'AlterNantes FM...

Gwendal- Les propos qu'il me tint furent à peu près cela:

Arnaud- Ma réputation est fichue, des abrutis d'Adsav sont en train de répendre leurs propos d'extrème droite sous couvert d'un pseudo nationalisme breton auquel je risque d'être assimilé, étant le seul de la rue à porter un drapeau breton sur ma voiture.

Gwendal- A la connaissance de ces événements tragiques concernant un quartier de St Herblain, qu'on ne citera pas pour préserver sa tranquilité relative et la sécurité physique de notre intervenant anonyme, je ne pouvais qu'inciter Arnaud a passer à l'action. Plus tard, pris de remord je regrettai d'avoir envoyé au casse pipe un pauvre poisson rouge sans défense. Ce qui advint de lui, vous le saurez après avoir écouté un nouvel extrait...
Gwendal- Après avoir surpris les blaireaux d'Adsav, et avoir réveillé un célèbre animateur radio (je rappelle qu'il était quand même 23h00 et qu'il y en a qui travaillait le lendemain) Arnaud, exorté par mes propos ressorti dans un milieu hostile, bravant la nuit et les éléments...

Arnaud- Muni d'un blouson beaucoup plus discret que des grosses doudounes de fachos, je m'enquit donc à détracter prenant garde à ne pas être surpris ni par les miliciens d'Adsav ni par des voisins qui pourrait mal interpréter mon geste.

Gwendal- Concrètement, ce tract jouait comme d'hab' chez l'extrême droite la carte de l'insécurité récupérant l'événement tragique s'étant déroulé récemment dans un centre commercial proche, dont nous taierons le nom pour des raisons évidentes de confidentialité et pour préserver la sécurité physique de notre intervenant.
Donc pour parler un peu d'Adsav, quand on défend la sécurité, on ne sort pas la nuit tombée, encagoulé pour distribuer ses tracts.
Je suis allé sur le site d'Adsav, c'est effarant, tous les propos sont agressifs et irrespectueux, un petit extrait pour le plaisir, qui transpire l'intelligence et le discernement:

Arnaud- "Défendre l'identité bretonne, c'est bien mais passif [...] même si c'est " de gauche" ... après, d'ailleurs, avoir été de la droite catholique et royaliste. Alors, entre les plat-culs électoraux, les subventionnés de la culture officielle et les excités débiles de la canette post-connarde, ne reste... qu'Adsav! "

Gwendal- Ces propos n'engagent bien-sûr que leurs auteurs qui doîvent bien être les seuls d'ailleurs à comprendre ce que ça veut dire (et encore!). Plus loin, on se croirait au Klu Klux Klan lors de la cérémonies d'inauguration d'Adsav dans la forêt de Brocéliande (on cite encore):

Arnaud- "La nuit tombée, à la lumière des flambeaux, derrière la superbe bannière du parti et le sonneur de cornemuse, tous ces nationalistes ont convergé vers une clairière où avait été dressé un bûcher. De manière rituellique, et dans un ordre impeccable, chacun des invités s'est approché des flammes et a prêté serment avec fierté et détermination avant de se voir remettre une récompense, symbole de son appartenance à Adsav."

Gwendal- On vous passe les articlces méga-tolérants tel, je cite, "Quand la "bagad" de Lann-Bihoué se met au tam-tam !". Pour résumer, Adsav qui doit réunir quelques dizaine de militant s'acharne à détruire l'image de l'emsav qu'ils haissent plus que tout. On rappelle leurs grands thèmes de prédilection: "Une Bretagne bretonne dans une Europe européenne", l'islamisation de la société, l'insécurité croissante.

Arnaud- On ne va pas s'étendre plus longtemps sur un soi-disant parti qui s'est réuni récemment dans une cabine téléphonique et dont on se demande s'il n'est pas constitué intégralement de flics en civile qui cherche seulement à ternir l'image de la Bretagne. On souhaitait ce démarquer cette pseudo-tendance pour éviter l'amalgame et on conclura par un extrait d'un communiqué de l'UDB:

Au risque de décevoir ceux qui cherchent [..] à convaincre la presse parisienne que les organisations politiques ou culturelles bretonnes, dans leur ensemble, sentent le soufre, la réalité d'"Adsav" est bien celle-là : un groupuscule fasciste qui est encadré par un ancien officier de la gendarmerie française reconverti dans la direction des nervis du FN et du MNR. Difficile de faire plus nationaliste français !

S'il est vrai que la Bretagne et les Bretons ne sont pas, plus que n'importe quelle autre collectivité humaine, à l'abri des dérives de l'intolérance et de la xénophobie et qu'il convient, ici comme ailleurs, de rappeler l'universalité des droits de l'Homme, force est de constater que les quelques dizaines de fascistes qui prétendent agir au nom de la Bretagne ne sont en réalité que les relais locaux du nationalisme français le plus abject.